Démystifier le spectre lumineux pour la culture du cannabis

Nous utilisons la science pour étudier la culture du cannabis et nous sommes passionnés à aider les cultivateurs à maximiser le rendement et la puissance tout en réduisant leurs coûts énergétiques. On s'amuse aussi à le faire.

Nous avons passé des années en partenariat avec des centaines de cultivateurs de cannabis, à étudier comment les plants de marijuana poussent et s'épanouissent dans différentes conditions d'éclairage. De nombreux producteurs ont exprimé leur manque de confiance dans les spectres de lumière alternatifs et en particulier les LED. Ils se sentaient plus à l'aise avec le spectre lumineux éprouvé des lampes au sodium haute pression et aux halogénures métalliques céramiques.

Dans le même temps, les cultivateurs en extérieur croient fermement que le soleil est la meilleure source de lumière pour la culture du cannabis.

Nous voulions nous assurer que nous comprenions comment le cannabis pousse à la fois sous un éclairage artificiel en intérieur et au soleil.

Ensuite, nous avons concentré notre attention sur les technologies traditionnelles telles que les lampes HPS, CMH et fluorescentes. Nous avons comparé les meilleures marques telles que Gavita et Nanolux les unes par rapport aux autres, ainsi qu'à diverses marques de lampes à LED, in Flower.  Nous avons également comparé une large gamme de tubes fluorescents utilisés dans le clone et le veg.

En utilisant des photospectromètres pour collecter des centaines de lectures spectrales, nous avons regroupé les lampes qui fonctionnent bien dans le cannabis et séparé celles qui ne fonctionnaient pas.

Les résultats ? Nous avons trouvé ce qui s'est avéré être les spectres corrects pour  la culture du cannabis. Comme tous les cultivateurs le savent, les plants de cannabis préfèrent différents spectres lumineux lors de leur transition du clone au légume et à la fleur. Nous avons identifié les mélanges spectraux qui fonctionnaient pour chaque phase et les avons intégrés à la gamme de lampes LED FGI.

Nos lampes incluent le cultivateur de spectre comme les lampes HPS comme Gavita ou Nanolux pour la floraison. Pour les plantes en phase végétative ultérieure, nous avons inclus le spectre des lampes CMH fabriquées par Gavita et d'autres. Dans les premières phases de végétation et de clonage, nous incluons le spectre trouvé dans l'éclairage fluorescent. Mais dans tous les cas, nous avons ajouté le spectre lumineux trouvé dans la culture en extérieur sous le soleil, car nous pensons qu'il est vrai que notre soleil est la lampe de culture ultime.

Vous trouverez ci-dessous des graphiques spectraux côte à côte montrant les performances de chacun de ces types d'éclairage en termes de sortie de lumière photosynthétique, ou PAR (le rayonnement photosynthétique actif est une mesure de la quantité totale de lumière photosynthétique que chaque lampe produit , mesuré en µ/m²/s).

La figure A ci-dessous représente le PAR total du soleil. La ligne blanche sur le graphique indique la courbe d'action de McCree qui montre quelles longueurs d'onde les plantes lumineuses utilisent pour faire la photosynthèse et se développer.

Figure A ; Le soleil et la courbe d'action McCree

Les figures B ci-dessous représentent la sortie PAR d'une lampe HPS à double extrémité Gavita par rapport à la sortie PAR des FGI Lightpanel 500 et 700. La ligne blanche indique la courbe d'action McCree et montre à quelle distance chaque lumière est pour reproduire la distribution lumineuse nécessaire du soleil.

Figure B ; Lampe Gavita DE HPS par rapport aux lampes à fleurs FGI LED Lightpanel 500/700

La figure C, ci-dessous, représente la sortie PAR d'une lampe Gavita CMH par rapport à la sortie PAR des  FGI Lightpanel 500 et 700. La ligne blanche indique la courbe d'action McCree et montre à quel point chaque lumière est-elle proche de la réplication de la répartition lumineuse nécessaire du soleil.

Figure C ; Lampe Gavita CMH par rapport aux lampes FGI LED Lightpanel 500/700 en mode végétal

Les figures D, ci-dessous, représentent la sortie PAR d'une lampe fluorescente T5HO typique par rapport à la sortie PAR des barres lumineuses FGI 100 et 185. La ligne blanche indique la courbe d'action McCree et montre à quel point chaque lumière est proche pour reproduire la distribution lumineuse nécessaire du soleil.

Figure D ; Lampe fluorescente T5HO versus FGI LED Lightbar 100 / 185 lampes veg

Par rapport au soleil, les lampes FGI ont une sortie PAR plus préférée que les lampes fluorescentes HPS, CMH ou T5HO. La preuve est dans la façon dont les plantes ont réagi. Des clones plus sains qui reçoivent la lumière bleue préférée du soleil, mais aussi le vert, le jaune et le rouge qui manquent aux luminaires T5HO. Végétaux robustes et  plantes mères qui reçoivent toute la gamme du spectre lumineux de notre soleil, ce qui fait défaut aux lampes CMH. Et le plus important, de grosses fleurs saines dont le basculement  les écailles ont augmenté le poids sec par rapport à celles produites sous le spectre HPS plus étroit.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

×
Revoir