Comment les cultivateurs de cannabis mesurent et gèrent le rayonnement et le spectre lumineux de croissance

Nous avons aujourd'hui plus de choix que jamais en termes de choix d'éclairage pour nos salles de culture.

De manière générale, il y a trois phases à considérer. Clone, cycle végétatif (y compris les plantes mères) et cycles de floraison/floraison.

Selon votre style, vous pouvez combiner les phases végétales et florales en utilisant un seul spectre lumineux. Les producteurs le font depuis des années avec des lampes à décharge à haute intensité (HID) telles que les lampes HPS et MH.

Les jeunes clones sont généralement éclairés avec beaucoup moins de lumière - les tubes fluorescents sont la norme depuis des années.

Avec l'introduction de l'éclairage numérique - LED. Nous avons maintenant la capacité de fournir à nos usines une grande variété de spectres qui ne peuvent pas être produits par des lampes HPS ou MH.

Dans l'article de blog précédent, nous avons parlé du spectre et de la photosynthèse. Nous avons appris que les plantes en phase végétative préfèrent le "spectre d'action" qui comprend plus de lumière bleue et moins de longueurs d'onde de lumière rouge. Nous savons également que les plantes sont passées au cycle de 12 heures pour induire la floraison et préfèrent largement la lumière dans les longueurs d'onde rouges avec beaucoup moins de bleu et moins de spectre lumineux global. C'est principalement pourquoi les lumières de croissance apparaissent en violet sur les photographies ou, dans certains cas, en personne.

Ce que cela signifie, c'est que les producteurs d'aujourd'hui choisissent soit d'avoir deux lampes différentes, l'une orientée vers le spectre d'action - une lumière de croissance à spectre complet pour le végétatif. Et une orientée vers la floraison avec un pic élevé dans les longueurs d'onde rouges. Ou, ils peuvent choisir d'utiliser la même lampe et simplement réduire le nombre d'heures pendant lesquelles les lumières sont allumées lorsqu'il est temps de mettre les plantes en phase de reproduction/floraison. Les producteurs qui choisissent cette deuxième option s'assurent de choisir une lumière à spectre complet - et plus important encore - ils choisissent une lampe avec un pic en rouge. Parce que sans ce pic de lumière rouge, le rendement/poids final de la plante sera inférieur. Beaucoup plus bas. En effet, pendant la phase de floraison, la chlorophylle B devient très importante et, comme nous l'avons vu dans le dernier article de blog, la chlorophylle B demande beaucoup de lumière rouge.

Le deuxième composant de la lumière sur lequel se concentrent les cultivateurs est l'intensité. Les lampes HID telles que HPS sont la référence depuis de nombreuses années. Les producteurs se concentrent sur la quantité totale de rayonnement photosynthétique actif que ces lampes sont capables de produire. Le PAR est simplement la quantité totale de lumière sur l'ensemble du spectre.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

×
Revoir